Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2012

Commentaire

Je remercie sincèrement Lidia pour sa fidélité et ses commentaires précieux. Je tiens cependant à préciser que Marie dans La fenêtre fermée figure dans cette histoire en tant qu'Egyptienne se rendant à Jérusalem environ 400 ans après JC et non pas en tant que sainte, qu'elle ne deviendra d'ailleurs que bien plus tard. Mes intentions dans les histoires pour les enfants sont multiples : ouvrir les yeux des petits, les faire rêver, développer leur imaginaire, leur apprendre à s'intéresser à l'histoire, à la géographie, aux mots. Tout cela en s'amusant. J'essaie aussi de leur conseiller la persévérance dans un monde où règnent trop souvent l'éphémère et le "zapping".  Je ne me permettrais pas d'intervenir dans le domaine de la foi, strictement privé, que je respecte trop profondément pour en faire un sujet de conte.

 

Commentaires

Je ne conteste pas la valeur pédagogique du conte « La fenêtre fermée », ni celle de l’ensemble des contes. L’auteur a réussit admirablement à éveiller la curiosité, pas seulement des enfants, mais aussi celle des adultes, j’en suis l’exemple. Voilà comment intriguée par la scène décrite dans « La fenêtre fermée » j’ai connu Marie l’Egyptienne.

L’idée d’explorer un vitrail est excellente, il y a une telle magie qui s’en dégage, rien de mieux pour faire travailler l’imagination de l’enfant. Par ailleurs partager un moment de lecture avec un enfant, lui montrer le monde qui nous entoure en toute sérénité, est une valeur inestimable.
Je prie donc l’auteur de ne pas tenir compte de mon commentaire au sujet de la personnalité de la ST. Marie égyptienne, qu’ici est une figurante comme l’a-t-il bien écrit.

Écrit par : Lidia | 02/02/2012

Les commentaires sont fermés.