Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2010

Koudi va à l'école

Chamonix, Paris, janvier et février 2010

 

Pour mon Koudi

 

Ouaga Dogon fév 2008 011.JPG

 

 

Koudi va à l’école

 

 

Kotoko, le hérisson, arrive à Bassi, le village de son ami Koudi.

 

Koudi a 6 ans et, depuis qu’il sait marcher, il passe ses journées à jouer entre les cases et à courir dans la brousse. Parfois il pousse devant lui une vieille roue de bicyclette qui a  perdu son pneu depuis longtemps.

 

Le jeu préféré de Koudi c’est de traîner Kwamé, son copain, sur une planche en bois. Et quand Koudi est fatigué, c’est Kwamé qui le tire sur la planche. Ils sont couverts de poussière et tout en sueur. Mais si heureux tous les deux !

Ouaga Dogon fév 2008 008.JPG

 

Kotoko, le hérisson, appelle Koudi très fort car il ne sait pas où est son ami. Et Koudi surgit de derrière un vieil arbre à pain.

 

-         Koudi, bonjour. Ta maman et ton papa m’ont demandé de venir te voir car ils ne sont pas contents de toi.

-         Bonjour Kotoko, je suis heureux de te voir. Mais que me reprochent papa et maman ?

-         Ils m’ont dit que tu ne veux pas aller à l’école. Est-ce bien vrai ? Je n’en crois pas mes oreilles de hérisson…

-         Oui, Kotoko, c’est vrai. Je ne veux pas aller à l’école. J’aime jouer avec Kwamé entre les cases du village. Poursuivre les chèvres. M’accrocher aux branches de mon vieil arbre à pain. Attraper des criquets, les  faire frire et les manger. C’est ma vie !

-         Koudi, tu n’es pas sérieux. Ta mère et ton père sont bien tristes : eux qui voulaient aller à l’école quand ils avaient ton âge, ils n’ont pas pu réaliser leur rêve. Il n’y avait pas d’école dans leurs villages. Aujourd’hui il y a une école toute neuve à Bassi, au cœur de ton village. Tu as assisté à sa construction. Un jeune maître d’école vient d’arriver. Il est ici pour toi et tes camarades.

 

Koudi se tait. Il ne veut pas répondre à Kotoko. Il entraîne son ami hérisson vers la case  de sa famille et tous les deux partagent en silence du riz arrosé d’une délicieuse sauce à l’arachide. Lorsque leurs estomacs sont pleins comme des outres, les amis s’endorment à l’ombre de la case… Et Koudi rêve…

 

Koudi rêve qu’il se retrouve seul dans une très grande ville pleine de bruits, de voitures, de motos. Il est bousculé par des gens pressés qu’il ne connaît pas… Partout il voit des inscriptions mais il ne sait pas les lire. Les noms des rues, les enseignes des magasins, les directions des autobus, il ne peut rien déchiffrer…

Il a peur, il transpire beaucoup, personne ne veut l’aider. Il crie…

 

-         Que se passe-t-il ? s’exclame Kotoko.

 

Dans son cauchemar, Koudi entend son ami Kotoko, se réveille et se redresse rapidement.

 

-         Ah, Kotoko ! Que je suis content de te voir ! Ta voix m’a sauvé d'un rêve affreux. J’étais perdu dans une  ville immense et comme je ne sais pas lire, j’étais incapable de trouver mon chemin…

-         Tu vois ce qui va t’arriver si tu choisis de rester analphabète toute ta vie, lui répond Kotoko.

-         Kotoko, je crois que c’est toi qui m’as envoyé ce rêve… Serais-tu sorcier ? J’ai maintenant envie d’aller à l’école. Pour y apprendre à lire, écrire, compter et découvrir le monde…

-         Tes parents vont être satisfaits, Koudi. Mais tu sais, c’est pour toi que l’école est la plus importante… Elle va changer ta vie. Et puis après la classe, et le samedi, et le  dimanche et pendant les vacances tu pourras jouer tout ton saoul !

 

Koudi court à la recherche de Kwamé, le trouve perché au sommet du vieil arbre à pain, le fait descendre et l’entraîne vers l’école du village.

 

Et là, commence une nouvelle et belle histoire qui occupera Koudi et Kwamé pendant de nombreuses années.   

 

 

 

 

Ouaga Dogon fév 2008 050.JPG

Les commentaires sont fermés.