Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2014

1914

Je vous souhaite à tous, fidèles lecteurs, une excellente année 2014. Je ne fus pas très prolixe en 2013. J'espère que cette année je pourrai vous soumettre des nouveautés régulièrement.

Les plus observateurs auront remarqué le titre de cette publication, 1914. Il ne s'agit pas d'une erreur de ma part. Au cours de cette année 2014 qui marque le centenaire de la première guerre mondiale, je vais vous présenter deux membres de ma famille qui ont été mobilisés à cette occasion. Et quel fut leur itinéraire pendant ces quatre années.

Alfred Bredeloux 1916 - Copie.jpg

Mon grand-père maternel Alfred Bredeloux qui  a combattu sur les fronts de la Somme, à Verdun et au Chemin des Dames avant de s'engager dans l'aviation. Alfred est décédé au début des années 1970.

Louis Bredeloux, guerre 1914-1918.jpg

Et son frère, Louis Bredeloux, sous-lieutenant, décédé au Chemin des Dames le 17 septembre 1918. Il avait été auparavant blessé et avait regagné le front après un séjour dans un hôpital militaire.

Je donnerai des informations sur ce que fut le parcours de ces deux hommes au fur et à mesure que je les collecterai. J'en possède quelques-unes au sujet de mon grand-père Alfred. Mais concernant Louis, je dois effectuer des recherches. Personne dans ma famille n'a su me dire où il est enterré. Il semble que ce sujet n'ait même jamais été abordé par son frère Alfred et ses proches. Les anciens combattants de 14-18 parlaient peu de ce qu'ils avaient vécu.

Je souhaite ainsi honorer la mémoire de ces deux hommes et la sauver d'un oubli total. Ils ne furent ni l'un ni l'autre des héros. Mais ils ont comme tant d'autres, des millions, sacrifié leur vie ou quatre année de leur vie pour leur pays. Mon grand-père Alfred était sur ce sujet d'une modestie totale : il ne m'a jamais parlé de ses années de combat qu'il voulait peut-être lui-même oublier ou occulter. Quand j'ai étudié la première guerre mondiale durant mon année de terminale, je n'ai pas eu l'idée de lui demander de me faire part de son expérience. Je n'ai jamais fait le rapprochement entre les événements historiques que le professeur d'histoire me présentait et que je devais mémoriser et l'expérience vécue par mon grand-père. Le professeur n'a jamais eu l'idée d'inviter un ancien combattant pour nous décrire ce que furent ces quatre années pour lui.

Mon cas est loin d'être unique, je le sais parfaitement. Nous sommes très nombreux à avoir eu des membres de nos famille engagés en 14-18. Grâce à mon blog, je souhaite sortir de l'ombre ce grand-père que j'ai bien connu et son frère dont il n'était que très rarement question.   

Commentaires

Bonne année à toi et merci de partager cette mémoire-là. Je trouve très touchant, et nécessaire, d'honorer la mémoire de ces "minuscules", comme aurait dit Michon.

Écrit par : Touriya | 13/01/2014

Mon grand-père maternel a lui aussi fait la guerre de 14-18. Tout d'abord il est allé en Turquie, par le train, pour défendre le détroit des Dardannelles, (le Bosphore je crois maintenant). Puis il était à Verdun, au chemin des Dames. Il m'en a parlé une ou deux fois, mais j'étais très jeune et n'ai pas posé de questions.
Plus tard , je n'en n'ai pas posé non plus. Comme toi Jean-Yves, au cours de mes études je n'ai jamais fait le rapprochement avec ce que mon grand-père avait vécu.
Comment se fait-il que l'enseignement de l'histoire ne suggérait point à nos neurones de fonctionner? on faisait appel à la mémoire uniquement, mémoire des dates, des évènements et jamais à la réflexion ni à l'esprit critique. C'est maintenant que la conscience s'éveille. A l'époque j'étais , en classe , un bon robot.

Écrit par : Joseline | 01/02/2014

Votre sujet me réjouis d’ avance.
Moi-même j’ aimerais retrouver l’ itinéraire du frère de ma grande mère,  Stanisław, mobilisé en 1914 en Grande Pologne( Wielkopolska) à l’époque occupée par  L’Allemagne. Disparu sur on ne sait quel front. A-t-il combattu pour l’Allemagne contre sa volonté, peut-être à Verdun même ? S’ était-il sauvé et rejoint les bataillons polonais en France ? Était-il exécuté pour désobéissance par les allemands ? Que des questions, pas des réponses.  Je viens juste commencer de chercher sur l’intérnet, depuis peu. J’ espère me rendre bientôt en Pologne et pouvoir regarder les archives de la paroisse, en espérant qu'elles existent toujours. Je ressens tout comme vous le besoin de ressortir de l' ombre, notre petit soldat silencieux, disparu à l' âge de 36 ans. Pauvre bougre.

Cordialement,

Écrit par : Lidia | 05/02/2014

Voici le texte au sujet de l'Armée polonaise:
" La création de l’armée polonaise en France est ordonnée par le décret présidentiel du 4 juin 1917. Ce texte historique est publié au Journal officiel le 5 juin 1917. Il est prévu que cette armée, entretenue par la France, sera autonome, avec ses cadres et ses drapeaux, ses propres insignes, ses uniformes, mais subordonnée au commandement français. L’organisation et le recrutement de cette armée sont confié à la Mission militaire franco-polonaise, créée le 20 mai 1917, et dirigé par le général Archinard, assisté par un officier polonais le colonel Adam Mokiejewski. Auprès de la Mission sont représentés également les différentes armées alliées.

La Mission ouvre son premier camp militaire à Sillé-le-Guillaume dans la Sarthe le 27 juin 1917.

Ce camp devait accueillir quelques 2000 volontaires. Il est dirigé par un officier polonais, Wladyslaw Jagniatkowski, engagé dans l’armée française depuis 1887"

Écrit par : Lidia | 05/02/2014

Bonjour,
J'aime beaucoup cette reconstitution que tu fais avec autant de patience et d'attention. Connais-tu ce site?
http://www.europeana1914-1918.eu/fr

Écrit par : Touriya | 08/02/2014

Les commentaires sont fermés.