Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2014

Alfred Bredeloux dans l'aéronautique militaire

Alfred Bredeloux passe dans l'aéronautique militaire comme pilote du 1er groupe d'aviation le 11 mars 1918.

Il se trouve tout d'abord à Dijon-Longvic pour des tests de sélection à l'école militaire. Il obtient son brevet de pilote militaire (no° 15 234) le 15 août 1918 à l'école d'aviation militaire d'Istres-Miramas.

Il effectue ensuite un stage de "Haute-École" à l'école d'aviation militaire de Pau, puis il suit un stage de perfectionnement en chasse aérienne à Biscarosse (Landes). Il se retrouve ensuite à l'école d'aviation de Voves, près de Chartres (Eure-et-Loir) jusqu'au 16 octobre 1918.

Du 31 octobre 1918 au 16 février 1919, il se trouve au Centre d'instruction de l'aviation de chasse et de bombardement.

La formation d'un pilote durant environ six mois (pour Alfred on est plus près des 10 mois), il entre comme pilote dans l'escadrille SPA 91 (Groupe de combat 17) le 16 février 1919 et y reste jusqu'au 29 mars 1919. Il se retrouve ensuite au groupement des divisions d'entraînement du 29 mars au 26 septembre 1919, date de sa démobilisation à Versailles.

Alfred Bredeloux devant son SPAD VII en 1917 ou 1918.jpg

Alfred Bredeloux devant un SPAD VII en 1918 ou 1919

Pour ceux qui souhaiteraient approfondir le sujet, je leur conseille le site de M. Denis Albin que je remercie vivement pour son aide. Sur l'escadrille SPA 91 (Alfred Bredeloux figure désormais sur ce site) :

http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/escadrille091.htm

Sur les écoles de formation :

http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/Ecoles_aeronautique_militaire.htm

Alfred Bredeloux fut donc mobilisé 5 ans au total de septembre 1914 à septembre 1919. Il a sans arrêt changé d'affectation. On a souvent une conception statique de la grande guerre à cause des tranchées. On en déduit rapidement que les soldats étaient eux aussi statiques, c'est une idée fausse. Mon grand-père a traversé la France du nord au sud et d'ouest en est pendant ces 5 années. Je me suis souvent demandé pourquoi il n'avait pas poursuivi dans l'aviation et participé à l'aventure de l'aéropostale. En fait, il s'est marié rapidement et ma mère est née en 1922... Il est passé à autre chose.  

Commentaires

Quel parcours fabuleux et quel courage! Nos anciens étaient des personnes courageuses porteuses de valeurs citoyennes indéniables. Bravo et gardons-les dans notre mémoire.

Écrit par : Joseline | 10/02/2014

Belle moustache et une allure d'acteur de cinéma, mais un vrai héros. La supériorité de l'aviation militaire allemande durant la Première GM était évidente, donc les missions aériennes à l'époque étaient franchement périlleuses, en plus les avions ressemblaient plus aux jouets qu'aux engins de combat. Chapeau Alfred. Vous pouvez être fière de lui.

Écrit par : Lidia | 11/02/2014

Bonjour
J'ai pu lire que votre aïeul était passé au Groupement des Divisions d'Entrainement. Sur son carnet de vol il est précisé la commune où est implanté le GDE?
Cordialement
Vincent Bartier

Écrit par : BARTIER | 10/12/2014

Bonjour,

Je ne dispose malheureusement pas du carnet de vol de mon grand-père. Difficile donc de savoir où se trouvait ce GDE.

Cordialement.

Écrit par : Jean-Yves Hoisnard alias Jean Julien | 10/12/2014

Les commentaires sont fermés.